Consultation publique sur la règlementation du vol libre dans le Mercantour

Julien

Article par Julien Editer l'article
Mis à jour le samedi 21 juin 2014 à 1:29 matin
Tags : Mercantour, Parc National, parapente, règlementation, vol libre

Voici le projet de nouvelle règlementation pour le vol libre dans le Parc National du Mercantour.
- pour le vol rando, la base resterait la précédente règlementation (donc très limitée), avec seulement une extension de 15 jours.
- (nouveau) le vol de distance (transit) serait possible dans 3 couloirs et avec déclaration préalable.

Pour plus de détails, voir le projet du nouvel arrêté et les cartes sous ce lien :
http://www.mercantour.eu/index.php/presentation/reglementation-du-coeur-de-parc/consultation-du-public-projet-de-reglementation-concernant-le-vol-libre

Il est important de le lire et de donner notre avis pour montrer notre intérèt pour l'évolution de la règlementation.

Quelques conseils transmis par Pierre L. pour la bonne prise en compte de votre avis :

  • S'identifier et donner les "titres" ou réalisations si vous en avez: vainqueur CFD ,cross Nice-Grenoble...
  • ne pas opposer nos pratiques sportives avec l'environnement.
  • rester simple et compréhensible pour des lecteurs qui ne sont pas des spécialistes du vol libre.
  • éviter de demander "tout-partout" mais donner des exemples constructifs de cheminement .(modifier judicieusement les "couloirs proposés").
  • Attention, le secteur "Bon
    n
    ette côté 06" est une zone bloquée "Gypaète barbu"
  • Les fichiers joints sont acceptés (cartes,traces GPS,photos,etc.)

Merci de bien vouloir consacrer un peu de votre temps pour participer à cette consultation.

Commentaires

Djam a dit le lundi 23 juin 2014 à 11:05 matin

Djam

Date limite pour commenter : vendredi 4 juillet 2014

Julien a dit le lundi 23 juin 2014 à 10:07 après-midi

Julien

Pour toute question sur le projet, les négos, la manière de rédiger, n'hésitez pas à Pierre L zero6-86quarant92sept69

Julien a dit le jeudi 03 juillet 2014 à 1:50 matin

Julien

Hello
Ca y est, j'ai rempli le formulaire (en espérant que ça ait marché, je n'ai pas eu d'accusé de réception).
Je n'ai pas spécialement suivi les conseils, je n'ai pas voulu être "productif" en pinaillant sur des couloirs de toutes façons symboliques. J'avais déjà longuement discuté avec Pierre sur une liste de sommets, etc... J'avais plutôt envie d'avoir des réponses à mes questions.
Pour info, voici ce que j'ai écrit :


Bonjour

Président d'un club de parapente pendant 6 ans, j'ai toujours dispensé la bonne parole sur le respect des zones aériennes et écrit de nombreux articles sur le sujet sous http://cannesalair.fr
Je pratique occasionnellement le vol de distance et le vol randonnée, et suis également grand amateur de montagne, de nature et d'espaces préservés.

Voici quelques commentaires personnels.

1) J'approuve tout à fait l'idée d'expérimenter, mais n'a-t-on pas déjà longuement expérimenté ? Voici quelques exemples :

- Entre 2009 et 2013, le vol de distance était toléré dans le cœur du Parc. Quel en a été l'impact ? Certainement nul, avec sans doute une dizaine de vols déclarés.
Aujourd'hui on a reculé sur ce sujet, et j'avoue ne pas bien comprendre l'argument de l'expérimentation, puisqu'on va au contraire moins pouvoir expérimenter.

- Cela fait une dizaine d'année que le Parc National des Écrins expérimente l'ouverture de sa zone cœur au parapente, à une tout autre échelle. Il a certainement acquis de nombreux retours d'expérience, puisque les dispositions ont évolué au fil des conventions et arrêtés, avec ce qui semble un bon compromis entre des préoccupations légitimes (mais quantifiées, bornées), et une certaine liberté.
Bref, les enseignements de cette longue période d'ouverture encadrée ne sont-ils pas plus riches que la poignée de vols que vous obtiendrez peut-être avec la mise en place de contraintes peu applicables (déclaration préalable) et avec des "vols randos" de peu d'intérêt (zones de vol trop limités, période de vol trop limitée...) ?
Comment ignorer ce travail et cette bonne intelligence entre le Parc des Écrins et le milieu libériste ?
Je comprends qu'il puisse y avoir des spécificités (facilité d'accès aux sommets pour le vol rando / pour le vol de distance la problématique est identique), cependant l'interdiction de zones trop près d'une route (l'été) permettrait d'éviter toute surfréquentation (elle resterait même extrêmement faible).

- Il me semble qu'il y a quelques années, le PNM avait "embauché" un stagiaire pour faire une étude d'impact. Ce travail est-il pris en compte ?

- Pendant des années, j'ai pratiqué le vol moteur, avec tolérance de passage dans plusieurs couloirs aériens à 300m au lieu de 1000m. La gêne auditive n'est pas comparable. De même pour les 4x4 des Merveilles. Quels ont été les outils mis en place par le Parc pour évaluer l'impact de ces pratiques ?

2) Le principe de déclaration préalable à plus de 2 jours est peu applicable à notre pratique :

- Pour le vol de distance: nous ne sommes pas des avions avec la possibilité de déclarer un plan de vol prédéfini. Nous volons au gré des vents et des conditions rencontrées en l'air. Nous ne les connaissons pas avant, la météo étant peu fiable.
La FFVL fournit déjà un outil puissant utilisé par presque tous les pratiquants du vol de distance. La déclaration se fait a posteriori et il est tout à fait possible de regrouper les vols concernés.
Au contraire, les parapentistes qui ne se seraient pas conformés à la déclaration préalable ne pourront ou n'oseront pas déclarer leur vol a posteriori donc le retour d'expérience sera encore plus faible.

- Pour le vol rando, le principe de demande d'autorisation préalable est également peu applicable, puisque nous décidons en général de nos sites de vol la veille, sur la base des dernières infos météo. On aime marcher certes, mais on aime assez peu porter notre aile pour rien...
Là encore cette contrainte limite fortement l'expérimentation.

3) Les oiseaux n'ont pas peur des autres oiseaux. Nous volons souvent avec eux, ce sont souvent eux qui viennent nous voir. Nous sommes en revanche bien conscients du problème de la nidification. Le Parc des Écrins a montré l'exemple en définissant des zones et des périodes à éviter. Cette réglementation est d'ailleurs très bien respectée par les libéristes (qui sont soucieux de la nature) car elle est équilibrée et bien expliquée, donc bien comprise.
Votre projet de réglementation, lui, n'est pas compris par les parapentistes que je côtoie. Il devrait être assorti d'une justification. Ses dispositions devraient en effet être justifiées par des impératifs de préservation bien établis. La seule justification donnée est l'absence d'historique, mais à ce sujet voir le point 1).

Salutations.

Johanna a dit le vendredi 04 juillet 2014 à 2:31 après-midi

Johanna

Rempli !

 

Please Wait...